Michel Gurfinkiel

RECHERCHER

Newsletter


Langue

Mots clés


Samedi 30 janvier 2010

France/ Collision of Church and State

Envoyer par email
Email destinataire :
Votre nom :
Votre email :
Message :

Commentaires
Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

#1 Olivier le 14/02/2010 à 09:35 (RĂ©pondre)
La chronique de Michel Gurfinkiel donne envie de lire ce livre, mais on attendra une éventuelle traduction française.. "After reading it, Parisians may never look at the Eiffel Tower quite the same way again." Cela fait penser à la courte nouvelle de Dino Buzzati justement intitulée "La Tour Eiffel" dans laquelle l'auteur imagine que l'objectif secret de l'ingénieur (avec la complicité de ses ouvriers) était de dépasser les 300 mètres officiellement fixés pour aller... jusqu'au ciel. Nouvelle tentative d'ériger une Tour de Babel. Sur quelle base idéologique ? Buzzati ne le dit pas. Mais, pour reprendre les termes d'un commentateur biblique, "Babel était l'expression architecturale d'une idéologie visant à dénier au Créateur sa souveraineté sur la Création". Un défi à Dieu. Les républicains athées, eux, ne défient évidemment pas Dieu, ils le nient, mais c'est la même démarche humaniste au sens philosophique du terme. Face au Sacré-Coeur, "expression architecturale" de la souveraineté du spirituel sur le temporel. Dans la nouvelle de Buzzati, le prolongement de la flèche de la tour (qui atteindra un point permettant aux ouvriers de voir, à l'horizon, les cimes enneigées des Alpes) sera finalement démonté (sous la menace des troupes armées mobilisées au pied de l'édifice) pour faire place à la "ridicule" petite coupole qui la chapeaute. Plusieurs décennies plus tard, seuls les plus jeunes ouvriers ayant participé à la construction sauront, au milieu des visiteurs admiratifs, ce qu'aurait dû être la Tour Eiffel...

Ajouter un commentaire
Nom
Email
Site
En réponse à
Commentaire
 
 

RĂ©troliens

Pas de rétroliens