Michel Gurfinkiel

RECHERCHER

Newsletter


Langue

Mots clés


Mercredi 4 mars 2009

Israël/ Suliman ou Shlomo

Envoyer par email
Email destinataire :
Votre nom :
Votre email :
Message :

Commentaires
Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

#1 david le 09/03/2009 à 16:44 (RĂ©pondre)
pfff et quel accueil réserverait-on à un autre israélien qui publierait un ouvrage tapageur "Comment le peuple palestinien fut inventé?".
#2 Galahad le 11/03/2009 à 19:50 (RĂ©pondre)
"Bashear peut exprimer ses opinions dans ses cours et dans ses livres en toute sécurité. ...[Son université] accueille d’ailleurs beaucoup d’autres professeurs et enseignants appartenant à la même tendance idéologique ou politique" N'est-ce pas plutôt de Shlomo Sand, dont vous parlez ici ?
#2.1 Olivier le 13/03/2009 à 00:27 (RĂ©pondre)
C'est bien sûr Sand qu'il s'agit ici. Lequel Sand a été récemment l'invité de Daniel Mermet dans l'émission de France Inter "là-bas si j'y suis" à propos de son livre. Je n'ai pas lu ce livre. Mais j'avais trouvé assez convaincants les arguments d'Arthur Koestler, dans sa "treizième tribu", en faveur de la thèse d'une origine khazare des populations juives subitement et massivement apparues en Pologne et en Ukraine au Xème et XIème siècle. Mais si Koestler avait l'air de s'amuser de l'idée que la majorité des juifs ashkénazes (dont lui-même) devrait bien admettre n'avoir aucune filiation biologique ou génétique avec le groupe humain guidé par Moïse dans le Sinaï, il n'en tirait aucune conséquence, ni explicite ni implicite, quant à la légitimité de la renaissance de l'Etat d'Israël en tant qu'état du peuple juif. Ce qui, m'a-t-il semblé, n'est pas le cas de Sand, dont la "recherche" historique, selon ce que j'en ai entendu ici ou là, parait être au service d'une invalidation du Sionisme : à quoi bon un état pour un peuple qui n'existe pas ? Sans cette conséquence implicite, il n'est pas sûr que ce livre ait présenté tellement d'intérêt aux yeux des Mermet de France Inter et d'ailleurs. Et pour revenir au fond du sujet : que les juifs d'aujourd'hui, ashkenazes ou sefarades, soient génétiquement descendants de leurs ancêtres judéens ou le produit de brassages divers et de conversions collectives (Khazars, Berbères ou autres) ne change rien quant à l'existence d'un peuple juif dont l'incarnation étatique, du Royaume de David à l'Israël actuel en passant par la Judée indépendante des Hasmonéens, est toujours, au plan collectif ou politique, légitime.
#3 Niklaus le 21/06/2010 à 22:54 (RĂ©pondre)
Je ne vois pas l'erreur que vous mentionnez. Je suppose qu'elle a été corrigée. Tel quel, article impeccable. Et très profond.

Ajouter un commentaire
Nom
Email
Site
En réponse à
Commentaire
 
 

RĂ©troliens

Pas de rétroliens