Michel Gurfinkiel

RECHERCHER

Newsletter


Langue

Mots clés


Mercredi 31 décembre 2008

TĂ©moignage/ Auschwitz et la Torah

Envoyer par email
Email destinataire :
Votre nom :
Votre email :
Message :

Commentaires
Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

#1 Gilles-Michel DEHARBE le 01/01/2009 à 00:08 (RĂ©pondre)
Très émouvant, ce texte, M. Gurfinkiel. Ce passage, je cite: [L’un de ces monuments m’intriguait : une forme humaine en granit gris, sans face ni membres. Je demandai à mon père : « Pourquoi on ne lui a pas fait de visage ? » Il me répondit : « Parce que dans les camps, nous n’avions plus de visage. »] est particulièrement troublant. Qu'est-ce qu'un corps ? Quiconque a tendance à répondre, peut dire qu'il en est de lui comme de la liberté ; tant qu'on le possède tout entier, intact, on n'a rien à en dire directement ; il s'exprime de lui-même à travers le langage. Mais dès qu'il subit une atteinte, on a besoin de parler de ce manque réel, pour donner malgré tout existence au corps, l'obliger en quelque sorte à vivre quand même. Depuis la Shoah, c'est à partir de la disparition en masse que les corps sont « pris » et il doivent être réinvestis pour prendre une valeur d'instance vivante susceptible de permettre la découverte de l'atteinte du psychisme. C'est authentiquement se préoccuper de la pensée, des absences de la pensée pendant la déportation. La disparition légale, voulue par l’Etat nazi, génocidaire, avec la complicité des nations, renvoie à la « fabrication du cadavre », qui dans la Shoah fut soutenue par le politique, faite pour détruire en silence. Les négationnistes d'aujourd'hui, tout comme les nazis, sont des « assassins » de la mémoire. L'inconscient ne connaît pas la mort, est une des assertions freudiennes des plus importantes de toute la discipline psychanalytique. Sans cela pas de psychisme, pas de désir de parler, de dire sa mémoire... Le meurtre symbolique vise l'absence d'un savoir fini sur l'origine qui reste une question : un doute fondateur inhérent à l'altérité dans le langage. Le nazisme entreprend de confondre les traces et les meurtres, les aspects symbolique et réel de l'origine. Il efface, il tue le doute de structure en attaquant le Juif, le Gitan, le malade mental, le Slave, et l'humain: tout ce qui est d'une origine pour lui intolérablement non concrète, mais symbolique de l'humanité. Pour les juifs, pour l'humanité, l'opérateur du monothéisme suppose la question toujours ouverte, celle d'avoir "tous un même Dieu". Dire que les nazis souhaitaient s'élever au rang de divinité, signifie qu'ils voulaient tous posséder le même sang. Mais l'existence finale de leur seul sang impliquait la nécessité de la destruction d'un « sang inférieur » au leur : nous sommes dans une sélection biologique de l'ordre de la représentation folle, propulsée dans un espace totalitaire, par opposition à l'élection monothéiste « révélée » par la parole et la voix, permettant l'existence d'une place vide pour le vide. Sortis d'Egypte, les Hébreux refusèrent toute reconnaissance et tout culte de la mort pour la mort, la séparant radicalement de la vie, et plaçant cette limite comme point éthique le plus intime de l'humain. Sortis du Judaïsme, les Chrétiens, du fait de la crucifixion de Jésus, fils de Dieu, concrétisèrent sa mort comme limite universelle, déléguant avec Paul de Tarse, cette limite à une institution : l'Eglise. Deux mille ans plus tard, Hitler, au cœur de la "civilisation" la plus avancée, s’engouffrant dans l'antisémitisme latent, met en acte, la suppression des juifs comme début de la destruction de toute l'humanité. Le nazisme et les totalitarismes n'ont pas été une parenthèse dans l'histoire européenne, ils ont été une rupture de civilisation qui la marque à tout jamais..
#1.1 jacobovetich le 04/01/2009 à 11:16 (RĂ©pondre)
Brother Gilles .Michel ...how many kids we kill today????
#1.1.1 Gilles-Michel DEHARBE le 04/01/2009 à 13:29 (RĂ©pondre)
Endless ... we let them die of hunger on every continent, we use them as workers from their early age, we use them as "soldiers" ... Check the CRC of the United Nations and discussions on 6 June 2006 !!!
#2 Simon le 07/01/2009 à 21:56 (RĂ©pondre)
Bonjour, savez-vous quand ce nouveau livre sera distribué. Apparemment, il n'est pas encore disponible (Fnac par exemple).

Ajouter un commentaire
Nom
Email
Site
En réponse à
Commentaire
 
 

RĂ©troliens

Pas de rétroliens