Michel Gurfinkiel

RECHERCHER

Newsletter


Langue

Mots clés


Dimanche 17 février 2008

France/ Qui adoptera Charles Gurfinkiel ?

Envoyer par email
Email destinataire :
Votre nom :
Votre email :
Message :

Commentaires
Afficher les commentaires en (Vue non groupée | Vue groupée)

#1 Frajlick le 17/02/2008 à 17:20 (RĂ©pondre)
Je pense à deux gosses 1. rentre chez lui, Père tendance Le Pen, détail de l'histoire et Dufourcrématoire 2. rentre chez lui, Père gauche antisioniste et antisémite Bravo mon fils ou torgnoles ?
#2 SOYEUX Emmanuel le 21/02/2008 à 22:51 (RĂ©pondre)
Je m'interroge sur 2 points : i) Comment le petit Sénégalais, musulman, fils de sans papier dans une ZEP va-t-il prendre les choses ? Certes on lui enseigne également "nos ancêtre les Gaulois" comme l'a raillé Henri Salvador dans sa chanson du même nom. ii) Pourquoi, malgré les bonnes intentions, infliger à un enfant de CM2 un tel poids émotionnel. Pourquoi ne pas attendre la classe de terminale, où pour la première fois, la seconde guerre mondiale et la Shoa sont abordés en profondeur avec des élèves qui ne sont plus tout à fait des enfants et pas encore des adultes. Je vous crois lorsque vous dites que notre président, élus par une majorité de Français qui ont exprimé leur suffrage, est un ami véritable, sincère, du peuple juif et du pays d’Israël. Néanmoins, il ferait mieux de consulter des intellectuels et de prendre le temps de réfléchir plutôt que de sortir un nouveau slogan à chaque apparition publique. Enfin, je suis personnellement persuadé que cette "annonce" renforcera les antisémites dans leurs convictions. Je serais heureux de débattre avec vous M. Gurfinkel.
#3 SOYEUX Emmanuel le 25/02/2008 à 10:13 (RĂ©pondre)
Une autre proposition qui n'aurait pas d'effet collatéral sur l'antisémitisme et qui transformerait, à mon avis, cette fausse bonne idée en vrai projet pédagogique. Proposer en fin de collège (en cours d'Instruction Civique) ou au lycée (en terminale, lorsque l'époque contemporaine est abordée en cours d'Histoire) aux élèves d'adopter un "adolescent" de son âge, victime de la Shoa ou d'un autre évènement dramatique dont les enfants et les adolescents furent victimes. Quelques exemples : le génocide cambodgien (Khmers rouges), la guerre du Vietnam, le génocide Arménien, le génocide du Rwanda voire le génocide des Indiens d'Amérique du Nord, Centrale et du Sud, la traite et l'esclavage des Noirs, le génocide des Aborigènes en Australie, les enfants soldats au Congo ou en Colombie. L'idée derrière ces exemples est de ne pas se focaliser sur la Shoah dont la portée est certes universelle, mais il s'agit encore des Juifs diront les antisémites pour torpiller la démarche. La vertu pédagogique et civique de cet exercice de mémoire "personnalisé" porterait ainsi sur des événements portant sur tous les continents, plusieurs religions, plusieurs ethnies et permettrait aux élèves d’échanger leur point de vue sur ces drames avec leur enseignant comme modérateur de débat. Ce projet pédagogique aura réussi lorsque, dans quelques années, un petit Français musulman d'origine sénégalaise ou maghrébine aura evnie d'aller à la rencontre de votre frère Charles et l'adoptera. (c) Emmanuel SOYEUX, 2008
#4 Jean-Charles DUBOC (Site) le 28/02/2008 à 11:50 (RĂ©pondre)
L’enseignement de la Shoah est absolument nécessaire à la formation des jeunes. Ceux-ci doivent connaître ce qu’entraîne le développement des régimes totalitaires, c’est à dire l’élimination de tous les groupes, y compris les femmes et enfants, dont la culture est basée sur la liberté de penser et le libre arbitre. De la même façon que la Shoah doit être connue des écoliers, nous devons leur enseigner les horreurs des goulags communistes où des millions d’innocents sont morts de faim, de froid, ou d’épuisement causé par les travaux forcés. La réaction la plus profonde à la proposition de Nicolas Sarkozy est celle de Simone Veil : « Mon sang s’est glacé ». Et je me pose cette question : « A quelle occasion le sang d’un être humain, que la vie a aussi cruellement éprouvé dans son adolescence que Simone Veil, et qui sait ce qu’est la Shoah, peut-il se glacer ? » La réponse est celle-ci : Le sang d’une personne « se glace » lorsqu’elle se trouve face à une véritable monstruosité, face à quelque chose d’inhumain, qui l’horrifie totalement. Et le sang de Simone Veil s’est glacé lorsqu’elle a compris ce que signifiait cette proposition pour des enfants de dix ans. Mais il s’est aussi vraisemblablement glacé pour une deuxième raison. En effet, comment Nicolas Sarkozy a-t-il pu utiliser la mémoire d’enfants martyrs pour monter une opération de manipulation du public dans son propre intérêt ? Car cette proposition de Nicolas Sarkozy n’est rien d’autre qu’une horrible manipulation affective. Et là, je suis inquiet pour mon pays dont le dirigeant le plus élevé prouve ainsi son manque d’humanité. Cette proposition de Nicolas Sarkozy, me consterne, m’atterre, m’horrifie. Elle aurait due être discutée avec les principaux intéressés, les familles des déportés Juifs, qui ont tant soufferts de l’époque nazie. La mémoire de Charles Gurfinkiel vous appartient. Personne ne peut vous l’enlever, et vous ne pouvez la partager avec personne. Mais, de plus, si cette « idée » se concrétise et que vous deviez recevoir un enfant qui aurait pris en charge la mémoire de Charles Gurfinkiel, vous devrez aussi en inviter près de 70 car il y a 800 000 élèves de CM2… La proposition de Nicolas Sarkozy n’est pas seulement inhumaine, elle est aussi parfaitement stupide. Jean-Charles Duboc
#5 Borek Jacques le 26/03/2008 à 14:03 (RĂ©pondre)
Oui, comment des individus très "intelligents", "savants", "cultivés" peuvent-ils être aussi sots? C'est La Grand Mystère du cerveau humain. Ce mystère qui nous condamne à la bêtise et la répétition de celle-ci indéfiniment

Ajouter un commentaire
Nom
Email
Site
En réponse à
Commentaire
 
 

RĂ©troliens

Pas de rétroliens