Michel Gurfinkiel

Quicksearch

Language

Mots clés


Sunday, February 3 2008

USA/ Regardez de près le vote juif

Send by e-mail
e-Mail this entry to:
Your name:
Your e-mail address:
Message (optional):

Comments
Display comments as (Linear | Threaded)

#1 Albert DUHAMEL (Homepage) on 2008-02-05 18:23 (Reply)
Arrêtez de répandre des mensonges. Obama n'est pas et n'a jamais été musulman. Votre article illustre la dérive à l'extrême droite d'une partie fanatisée de la communauté juive. Vous me rappelez les antisémites du siècle dernier qui citaient les origines juives de Blum. En l'occurence, Barack est un chrétien pur sucre.
#1.1 Michel Gurfinkiel on 2008-02-12 09:06 (Reply)
Je vous laisse la responsabilité de vos injures. Examinons les faits. Barack Hussein Obama, le père du sénateur Barack Obama, était un musulman kenyan, ce qui, selon l'islam, fait automatiquement de son fils un musulman. Aujourd'hui, les proches du sénateur affirment que Barack Hussein était devenu "athée", mais aucune preuve n'a été apportée pour soutenir cette affirmation. Lolo Soetoro, le père adoptif d'Obama - qui l'a élevé à partir de l'âge de deux ans - est un musulman indonésien. Là encore, les proches du sénateur parlent d'un "musulman non pratiquant". Toute personne familiarisée avec une société majoritairement musulmane sait que ce genre d'affirmation recouvre : un musulman "non pratiquant", c'est à dire non strictement pratiquant, reste profondément musulman, bien plus qu'un "chrétien non pratiquant" n'est chrétien. En tout état de cause, Obama reconnait lui-même avoir été envoyé à la fois, quand il vivait à Djakarta avec sa mère et son beau-père, dans une école musulmane et une école catholique : ce qui indiquerait, au mieux, que ses parents ont voulu lui laisser le choix entre leurs propres religions ; mais il est plus probable que, fils et beau-fils de musulmans, il ait alors été considéré comme musulman. Aujourd'hui, Obama se déclare chrétien et appartient à l'Eglise presbytérienne. Mais divers indices laissent penser que c'est là une simple façade, et qu'il est en réalité un crypto-musulman (démarche licite dans certaines conditions selon la sharia) ou qu'il professe un syncrétisme islamo-chrétien plus proche de l'islam que du christianisme. Son engagement systématique, militant, inconditionnel, en faveur du monde musulman est un indice de poids : la loyauté politique ou géopolitique envers le "Camp de l'islam" est la valeur islamique suprême. Par ailleurs, il n'est pas indifférent qu'il ait choisi de se rattacher au protestantisme presbytérien, forme de christianisme qui n'implique en tout cas aucun rite contraire à l'islam, à la différence du catholicisme. Pourquoi Obama déguiserait il ses sentiments et ses loyautés réels en matière de religion ? Parce que l'adhésion franche à l'islam l'empêcherait, dans l'état actuel de l'opinion américaine, de viser la présidence. Et qu'une attitude agnostique constituerait un obstacle de même nature : aux Etats-Unis, tous les hommes politiques sont censés avoir une religion et une "relation avec Dieu" (point par lequel ce pays est plus proche du tiers-monde traditionaliste et de l'islam que de l'Europe laïcisée). Dernière observation : il est établi que sur un sujet au moins, Obama pratique la dissimulation. Jusqu'à ce qu'il soit élu sénateur, il a soutenu ouvertement la cause palestinienne. Depuis son élection, il affecte une attitude plus "consensuelle" et plus favorable à Israël - tout en s'entourant d'un staff de politique étrangère radicalement anti-israélien.
#1.1.1 Aroussi on 2008-10-12 18:32 (Reply)
Que Barack Obama gagne. Rappelez vous que ce sont probablement les musulmans à l'heure actuelle qui sont les plus aptes à protéger Israel, donc Obama plus que Mc Cain, l'un étant plus écouté des musulmans que l'autre, sinon, nous en viendrons à un conflit majeur peut être mondial, où l'etat d'israel sera remis en question...
#1.1.2 musulman on 2008-11-04 20:56 (Reply)
Je suis musulman et je n'ai jamais entendu parlé de soit disant cette règle qui fait qu'un rejeton d'un musulman est automatiquement musulman !!!, sinon dans l'ensemble vous avez raison , la vérité sur vos aspiration barbare de peuple raciste , peuple élu vont etre revélé au monde entier, votre tactique de victimisation ne marchera plus et vous allez etre chasser partout dans le monde à cause du mal que vous avez fais...vive la palestine musulmane
#2 Manu on 2008-02-13 04:15 (Reply)
M.Gurfinkiel, avec tout le respect que je vous dois, votre argumentaire ne tient pas la route. Même si ce que vous dites n’est pas faux en soi, il ne s’applique aucunement en l’espèce. Je n’affirme pas avec certitude que M.Obama ne serait pas, comme vous le décrivez, un musulman drapé d’un déguisement presbytérien mais les arguments que vous avancez pour étayer cette affirmation sont loin d’être convaincants. En effet M.Gurfinkiel, ce qui est vrai à Djakarta ne l’est pas à Washington. Si, en Orient, la religion de l’individu est effectivement déterminée par celle de son père, cela n’est absolument pas le cas aux Etats-Unis. Plus encore, en prétendant que M.Obama serait musulman (ce qui, au demeurant, pourrait être vrai) uniquement parce que son père et son beau-beau-père l’étaient, vous videz de sa substance un des principes fondateurs de la nation américaine : la liberté de culte. N’allez pas me dire qu’une nation qui tolère, au nom de ce sacro-saint principe, les sectes aux idées les plus saugrenues et aux pratiques les plus tordues, sataniques et autres, n’accepterait pas qu’un individu puisse aller à l’encontre de la religion de son père !!! Dans la même veine, votre affirmation à propos d’Obama selon laquelle « il est plus probable que, fils et beau-fils de musulmans, il ait alors été considéré comme musulman » est hors sujet. Ensuite, en ce qui concerne le musulman « non pratiquant » que serait selon vous le beau-père de M.Obama, permettez-moi de vous dire que la réalité est aux antipodes de vos affirmations. Vous dites : « un musulman "non pratiquant", c'est à dire non strictement pratiquant, reste profondément musulman, bien plus qu'un "chrétien non pratiquant" n'est chrétien » alors qu’en réalité, contrairement au christianisme, religion essentiellement spirituelle, l’islam se caractérise par la part importante réservée au formalisme au travers des différentes pratiques qu’il impose aux adhérents. C’est même un de ses signes distinctifs. Par conséquent, un musulman non pratiquant est en réalité beaucoup moins musulman qu’un chrétien non pratiquant est chrétien car ce dernier, même s’il ne se rend pas à la messe dominicale pourrait toujours être sous l’emprise de la morale chrétienne ou judéo-chrétienne. Quant au musulman non pratiquant, il va, par son non-respect des pratiques de l’islam, à l’encontre de l’essence même de la religion. Cette absence de pratique est donc en soi révélatrice d’une émancipation par rapport à cette religion. Si, dans les sociétés musulmanes, la pression sociale est telle qu’elle impose aux individus quelle que soit leur ferveur ou leur croyance religieuse une certaine révérence dans leurs comportements, cela n’est une fois de plus pas vrai aux Etats-Unis pour les raisons précédemment évoquées. Pour toutes ces raisons, ce serait aller vite en besogne que d’affirmer qu’un individu vivant aux Etats-Unis et élevé par un musulman non pratiquant serait lui-même musulman. On retrouve par ailleurs, au Moyen-Orient, des écoles chrétiennes avec une majorité d’étudiants musulmans ! De même qu’en France, lors de l’affaire du voile, certaines familles musulmanes ont envoyé leurs enfants dans des écoles privées … catholiques afin que ces derniers n’aient pas à se départir de leurs couvre-chefs ! Enfin, il existe, toujours en France quelques exemples d’étudiants non juifs ayant effectué leur scolarité dans des écoles juives. Y a-t-il enfin besoin de vous rappeler que dans le camp des contempteurs de la politique israélienne on compte, certes, des musulmans, mais aussi des chrétiens et des juifs dont certains n’en demeurent pas moins sionistes ? Même si je n’ai pas toujours été d’accord avec vos idées, la pertinence et la logique de vos analyses ont toujours forcé l’admiration et fait de moi un de vos lecteurs réguliers. Toutefois dans cet article vous faites hélas preuve d’approximations et d’incohérences qui ne vous ressemblent pas …
#3 Abbé ARBEZ Alain René (Homepage) on 2008-02-27 18:30 (Reply)
Contrairement à vos contradicteurs, je trouve assez pertinents les aspects problématiques que vous mettez en évidence concernant les liens de Barack OBAMA avec l'islam. Quels que soient ces liens, le fait qu'ils existent ne peut être banalisé ou minimisé comme certains tentent de le faire avec peut-être de bonnes intentions. Mais la réalité de l'imbrication des appartenances avec la géopolitique étant ce qu'elle est dans notre monde, on doit être précis dans les analyses et savoir anticiper divers scénarios; nul ne peut jouer au devin, mais ce genre de paramètre - lien avec l'islam - n'est pas anodin dans la galaxie politico-religieuse telle qu'elle se manifeste. La distinction occidentale entre modérés et radicaux n'est pas très convaincante. Les occidentaux se leurrent avec leurs incantations aux droits de l'homme et leur culte de l'individu. Le djihad avance souvent masqué quand cette stratégie lui est utile et certains réseaux soft lui servent d'avant-postes..
#4 Fabian Daurat on 2008-02-29 00:24 (Reply)
Je trouve le procès dont Obama fait ainsi l’objet des plus désagréables. Je ne connais pas assez bien ses thèses politiques pour pouvoir en juger, même si j’ai compris que le camp Clinton lui reproche un manque de consistance. Peut-être est-ce vrai, aussi, au demeurant d’accointances démocrates, je me garde de prendre parti. Mais quoi qu’il en soit, si Obama pose un problème de politique, nationale ou internationale, alors, qu’il soit attaqué sur sa politique, sur ses thèses, sur ses actes ! Est-ce bien raisonnable de mener tout un débat visant à déterminer si oui ou non Barack Obama est musulman ? Qu’est-ce que cela veut dire? De telles préoccupations sont-elles saines ? Je dois dire qu’il n’est guère surprenant qu’une organisation juive « ultra-orthodoxe » comme vous dites, ne voit pas d’un bon œil la possible arrivée à la Maison-Blanche d’un homme dont, non seulement le père génétique est musulman, mais le père adoptif aussi, un vrai acharnement du sort ! C’est vrai que ça fait un peu beaucoup pour s’attirer la sympathie de "Agoudath Israël of America". En plus, nous dit-on, il a manifesté par le passé une opinion pro-palestinienne. N’en jetez plus la coupe est pleine. Allons, allons. On accuse presque Obama, sur la base de son appartenance ethnique et, potentiellement, religieuse, de vouloir se faire le serviteur d’Al-Qaida une fois arrivé au pouvoir. Qu’à-t-on pensé des propos de ce ministre algérien, Mohamed Cherif Abbés, qui a accusé Sarkozy d’être à la solde du “lobby juif” ? Il ne fait probablement aucun doute dans son esprit que ce dernier est juif. Alors, faut-il débattre de savoir si, oui ou non, Sarkozy est juif, voir si sa mère, le père de sa mère…. Vous voyez à quoi mène ce type de débat, vous voyez qui sont ceux qui aiment s’en emparer ? Très peu pour moi, merci. Obama est attaqué sur son antisémitisme supposé. S’il l’est vraiment, qu’importe son appartenance à l’Islam, réelle ou imaginaire, il est un homme à combattre. S’il n’est pas antisémite, qu’importe son appartenance à l’Islam, réelle ou imaginaire, il fait l’objet d’une calomnie. Le fait est que, jusqu’à maintenant, je n’ai rien lu de crédible qui vienne étayer la thèse de son antisémitisme, et les coups qui lui sont portés sur ce plan, comme dans votre article monsieur, sauf le respect que je vous dois, le sont en dessous de la ceinture. L’auteur de ces lignes est un homme dont la mère du père est juive, et le père de la mère aussi : Un goy donc paraît-il, un goy épris de tolérance.
#5 Eliot Vernet on 2008-03-03 06:17 (Reply)
Vivant au Canada, je peux confirmer que les origines musulmanes d’Obama constituent bel et bien un problème – à la différence de son appartenance à la communauté noire qui, elle, ne suscite aucun commentaire. Pour deux raisons au moins : d’abord, la suspicion d’une forte sympathie de sa part envers l’islam est étayée sur un fait massif, son vote contre la guerre d’Irak en 2003, à un moment où toute l’opinion américaine, démocrates comme républicains, soutenait l’opération ; ensuite, l’insistance avec laquelle Obama a cherché à « gommer » ses origines musulmanes, allant jusqu’à faire de fausses déclarations qu’il a été obligé, par la suite, de nuancer. Il n’y a rien de raciste dans l’analyse de Gurfinkiel, juste un exposé de méfiances politiques réelles, qui sont d’ailleurs plus vives encore chez les partisans – démocrates – d’Hillary Clinton que chez les républicains.

Add Comment
Name
Email
Homepage
In reply to
Comment
 
 

Trackbacks

No Trackbacks